Il revient mon Beaujolais !

Publié le par Antoine Grüner

Le Beaujolais nouveau c'est dans un mois ! je le dis tout de go , je suis très content qu'il pointe à nouveau le bout de son son pif, ce mal aimé. 

On pourra me dire tout ce qu'on veut, mais moi j'adore quand le jour B approche. Antoine Gerbelle me répondait sur Tweeter il y a peu, que ce jour représentait « le jour du vin » en France.

Il me faudrait un calendrier de l'avant, ou chaque fenêtre renfermerait un canon du Beaujolais , et qui me ferait patienter jusqu'au jour fatidique (un calendrier de l'avant Eva Robinesque, mais version Bojo) . Et puis on voit aussi les gens du métier qui s'agitent. Les cavistes et les bistrotiers cherchent à faire leur réservations, à savoir qui est cher ou pas cette année, qui a augmenté. Ils cherchent aussi à le goûter, recevoir un échantillon pour faire leur choix lorsque le petit aura enfin décidé de finir ses malos... Ces pros vont aussi au charbon. Ils persistent, à raison, à faire de ce jour une célébration populaire de qualité. Y'en a qui en fourguent toujours des stères et qui ont le sourire et la fierté chevillée au corps quand ils partagent leur Beaujolais nouveau avec les clients.

Passez donc faire un tour chez Paco, à Ivry (link) en ce troisième jeudi de novembre, vous verrez si le p'tit rouge nouveau ne donne pas le sourire aux gens! Passez aussi Ö DIVIN, chez Naoufel dans le 18èmelink ) , vous verrez si la joie n'est pas copine avec le Bojo ! 

Tout ça, ça fait parti de l'effervescence qui précède le 3 ème jeudi du mois.

Je rajouterais même les mauvaises langues, les esprits chagrins, les pisses froids qui vont commencer à nous ressaser leurs sempiternelles rengaines sur le Bojo nouveau. Jaja "imbuvable", "opération uniquement commerciale", " un vin qui se vend de moins en moins bien" , "le bojo nouveau c'est pas du vin" ... bref, les cons vont être de sortie et il faudra encore les remettre à leur place. Leur faire goûter les petits derniers des Cotes de la Molière, de Raphaël Champier, du père Alonso, des Lapierre et autres Lapalu pour que ces imbéciles, du bout des lèvres daignent cracher le morceau : "Le beaujolais nouveau peut être un grand petit vin"...Les cons ! Voyez aussi du coté de Michel Guignier pour prendre votre pied nouveau.

Et puis le Beaujolais est partageur (un peu obligé c'est vrai, mais bon...) , il invite souvent, ce jour là dans les bistrots et chez les marchands de vins, des vins primeurs, tout aussi jeunots que lui débarqués de Loire ou du Sud Ouest. C'est la fête, celle qui annonce la fin (des vendanges) , ou le début des vins qui grandissent et nous donneront du plaisir. C'est tout ça le 3 ème jeudi de novembre. Un temps ou on mélange les gens, les conditions sociales, et les goûts. On partage, nom de dieu !

 

Et puis faut aussi dire que cette année, ben ça me fout les boules de voir les copines et les copains avoir galéré toute l'année pour vendanger très peu de raisin. En Beaujolais comme partout vous me direz. Et vous aurez raison. Mais le premier pas qu'on peut faire pour accompagner ces périodes délicates c'est de soutenir ceux qui font bon en buvant avec joie et délectation leurs canons.

Encourager tous vos proches et amis à fêter ce joli jour, pour le plaisir, pour la fête, et puis aussi pour donner une franche accolade à ceux qui nous donne du plaisir, qu'ont un boulot pas facile, et qu'il serait bon qu'on soutienne dans cette période trouble.

C'est pas pour mettre la pression, mais cette année ce serait bien que chacun ait une pensée pour la ou le vigneron(nne) qui s'est fait des nuits blanches plus encore que d'habitude pour nous faire plaisir. Et criez le sur tous les toits, le Beaujolais Nouveau c'est bon, beau, et ça rend Humain. 

 

 

Publié dans Humeurs...

Commenter cet article